1 (506) 737-4444         Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.         Nous joindre

Papillons du monde

Imprégnez-vous des odeurs ambiantes. Déplacez-vous tout doucement, en laissant l’agitation aux papillons. Surtout, ouvrez-bien les yeux. Mille merveilles vous attendent ici.

Papillons du monde au Jardin botanique du Nouveau-Brunswick

En vedette cette année : les morphos, superbes papillons des forêts tropicales de l’Amérique du Sud et centrale, aux ailes d’un bleu si intense que les Indiens du Brésil les surnomment “fragments de ciel”.

Observez aussi des comportements captivants : butinage du nectar, vol, accouplement, ponte, défense du territoire ou simple repos. Bien sûr, les papillons demeurent libres de leurs activités, lesquelles varient grandement selon l’ensoleillement, la température ou l’heure.

On recommande de nous contacter afin réserver pour les visites de groupes.

Cliquez ici pour les frais d'admission.

L’exposition se déroulera tout au court de l'été!


 

Ocelles et fenêtres chez les papillons

Un ocelle en terme biologique est une tache arrondie qui sert de leurre, de faux yeux ou de moyen d'intimidation sur la peau ou les ailes d'animaux : Il est possible de trouver des ocelles chez les poissons, les oiseaux et les insectes, particulièrement chez les papillons.

Les ocelles des papillons en particulier sont exposés et mis en évidence lorsque l'insecte est dérangé par un prédateur et qu'il ouvre brusquement les ailes. Par exemple, les ailes ouvertes de l'Inachis io évoquent mimétiquement un regard de mammifère, ce qui peut surprendre ou décourager le prédateur assez longtemps pour que le papillon puisse prendre la fuite. Plusieurs espèces de papillons sont protégées par des ocelles très ressemblant à des yeux de mammifères. Plusieurs espèces possèdent une, deux ou même quelques paires d'ocelles sur le dessus de l'aile ou parfois tant à la fois sur les faces supérieures qu’inférieures des ailes. Les ocelles des Caligo et de plusieurs papillons de la sous-famille des Amathusiinae sont extraordinaires.

D’autres papillons utilisent certains moyens qui peuvent aussi être très efficaces contre d’éventuels prédateurs. C’est le cas chez le papillon cobra (Attacus atlas) dont l’extrémité des ailes ressemble à une tête de serpent. De plus, on retrouve dans les ailes de ce papillon des «fenêtres » endroits dans l’aile où il n’y a plus d’écailles mais qu’un recouvrement transparent laissant passer la lumière la nuit et encore une fois pouvant rappeler des yeux qui brillent la nuit.

 

Les volières à papillons, des magnifiques lieux de contemplation et d’apprentissage

Stéphane Le Tirant est responsable des collections à l’Insectarium de Montréal et collaborateur du Jardin botanique du Nouveau-Brunswick

L’idée de créer une volière à papillons origine de l’Angleterre et du Japon d’aussi loin que le début des années 1960. La petite fille de la fameuse famille Rothschild, Lady Myriam Rothschild, entomologiste et spécialiste des papillons, est une des pionnières dans le domaine. Elle aurait aidé Clive Farrel, un avocat passionné des papillons, à mettre sur pied la première volière en Angleterre.

Volière

Une serre à papillons est un lieu baignée d’exotisme. La chaleur et l’humidité font de la serre une véritable visite en pays tropical. S’ajoutent à cela des centaines et parfois des milliers de papillons tropicaux provenant de plus de 75 pays et vous avez la chance de faire un tour du monde dans un lieu paradisiaque. Derrière cette réussite se cache par contre toute une expertise. La température, l’humidité relative, la luminosité, les plantes nectarifères, les plantes hôtes sont autant de paramètres dont le contrôle va permettre ou non la réussite de l’événement. La production des plantes nectarifères est à ce point important qu’il en va de la survie des papillons. Les bonnes espèces en quantités suffisantes et sans cesse renouvelées sont nécessaires pour la viabilité de ces joyaux ailés. En effet, la nourriture principale des papillons est le nectar des fleurs à l’exception des Caligo et des Morphos qui vont en grande partie tirer leur énergie du liquide sucré et fermenté de fruits murs comme les bananes, etc. Les plantes hôtes quant à elles serviront pour la ponte des femelles et de nourriture aux jeunes chenilles qui écloront à plus ou moins long terme.

La grande majorité des papillons de la volière origine de fermes d’élevages à papillons ou l’on produit les chrysalides. Ces dernières, sont présentent en Amérique Centrale, en Amérique du Sud et en Asie, bien que le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda ont eux aussi leurs projets de fermes d’élevages équitables. Ces fermes d’élevage équitables sont un bon exemple de la protection de la nature tout en favorisant un commerce équitable. Les éleveurs vendent le surplus de chrysalides de papillons qu’ils produisent et les profits permettent aux communautés locales de bien vivre et même de bâtir parfois avec ces revenus une école, un centre communautaire, un hospice, etc. Les gestionnaires de ces fermes d’élevages ont vite compris que la forêt était une ressource exploitable, car elle fournit les papillons et les plantes hôtes et nectarifères pour partir les élevages, mais cela permet aussi de comprendre que cette forêt doit être bien exploitée si on désire qu’elle survive et que la ferme d’élevage puisse offrir ses produits pendant plusieurs années.

- Stéphane Le Tirant

 

 

Adresse

C.P. 1629, 15, rue Principale, Quartier Saint-Jacques, Edmundston, Nouveau-Brunswick, E7B 1A3

Téléphone

1 (506) 737-4444

Courriel

Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.